account_circle
M'inscrire
menu
person
Premium Avatar
Me connecter
M'inscrire
Masters: Zverev s'accroche à son titre et brise le rêve de Nadal
© afp.com/Glyn KIRK

Masters: Zverev s'accroche à son titre et brise le rêve de Nadal

Publié par , samedi 16/11/2019 00:00

Le tenant du titre allemand Alexander Zverev pourra défendre son titre au Masters après sa victoire contre le Russe Daniil Medvedev vendredi à Londres, qui élimine le N.1 mondial Rafael Nadal, dans un tournoi qui se refuse à lui.

Samedi, en demi-finale, Zverev (N.7) défiera Dominic Thiem (N.5) qui avait fini en tête de l'autre poule, en soirée, alors que le Grec Stefanos Tsitsipas (N.6) affrontera Roger Federer (N.3) en début d'après-midi, pour un tournoi qui semble plus ouvert que jamais.

"La grosse surprise pour moi, c'est que Novak (Djokovic) soit éliminé, parce que la surface, les conditions, tout convenait à son jeu", a estimé Zverez après son match.

La suite du tournoi "va être intéressante à voir", a-t-il poursuivi, "on aura peut-être le plus vieux vainqueur de l'histoire (Federer) ou peut-être un nouveau vainqueur...".

Ou peut-être le même que l'an dernier ? "C'est un endroit spécial pour moi, je me sens vraiment très bien ici", a admis le joueur qui sort d'une année compliquée et qui retrouve son niveau à Londres, théâtre de son plus grand succès.

Ce ne sera en tout cas, une nouvelle fois, pas Nadal.

Arrivé amoindri par une élongation abdominale qui le gênait au service, l'Espagnol est pourtant monté en puissance au fil du tournoi mais échoue à nouveau pour sa 9e participation au Masters, où il a perdu 2 finales et 3 demi-finales.

Le principal pour lui avait été assuré avant même ce match, puisqu'il était assuré de conserver sa place de N.1 mondial à la fin de la saison depuis l'élimination de Novak Djokovic en deux sets par Federer, jeudi soir.

Mais l'Espagnol a mis un point d'honneur à jouer sa chance à fond en battant, en début d'après-midi, Tsitsipas au terme d'un nouveau combat en trois sets et presque trois heures.

Solide sur son engagement - il n'a pas concédé une seule balle de break de tout le match -, il avait dû céder le premier set au tie-break, face à un adversaire plus mobile et plus entreprenant, avec aussi un tout petit peu moins de déchet que lui (7-4).

Mais une fois dos au mur, pour éviter une défaite synonyme d'élimination directe, il a mis sous pression le service adverse avec ses qualités de relanceur hors-pair, faisant notamment passer le taux de points gagné sur second service adverse de 29% au premier set à 67% au deuxième, remporté 6-4.

Le scénario du dernier acte a ressemblé comme un jumeau au précédent, le Grec sauvant 4 balles de break sur trois jeux de services différents avant de perdre sa mise au 11e jeu et le match sur un coup droit qui a accroché la bande du filet au jeu suivant (7-5).

Mais Nadal n'était toujours pas maître de son destin et avait besoin d'un petit coup de main de Medvedev qui, ironiquement, était justement éliminé par le succès de Nadal.

Zverev, lui, savait qu'il n'avait pas le droit à l'erreur s'il voulait défendre son titre.

Il a d'ailleurs démarré tambour battant, faisant le break dès le premier engagement du match pour ne plus le lâcher et remporter la première manche 6-4 en 33 minutes.

Loin de baisser les bras, Medvedev s'est battu, mais il n'a jamais vraiment trouvé de solution pour prendre l'ascendant face à un Zverev appliqué et déterminé.

Le deuxième set est allé au tie-break mais, plus solide sur sa première belle, Zverev s'est épargné la frayeur d'un troisième set hasardeux en concluant d'un ace sur sa première balle de match (7-4).

Dans le tournoi de double, la paire française composée de Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut (N.8), finaliste l'an dernier, a fait carton plein dans sa poule en battant le Néerlandais Jean-Julien Rojer et le Roumain Horia Tecau (N.6) 6-3, 7-6 (4).

En demi-finale, samedi, ils affronteront Lukasz Kubot (POL) et Marcelo Melo (BRA), les têtes de série N.2. L'autre demie verra s'affronter la paire N.5, le Sud-Africain Raven Klaasen et le Néo-Zélandais Michael Venus et les N.1 mondiaux colombiens Juan-Sebastian Cabal et Robert Farah.

Source: AFP