account_circle
M'inscrire
menu
person
Premium Avatar
Me connecter
M'inscrire
Noah envisage de jouer le double en Coupe Davis face à la Grande Bretagne !

Noah envisage de jouer le double en Coupe Davis face à la Grande Bretagne !

Publié par , samedi 01/04/2017 12:54

Fiche de Richard GasquetFiche de Gael MonfilsFiche de Nicolas MahutFiche de Julien BenneteauFiche de Jo-Wilfried TsongaFiche de Yannick NoahFiche de Pierre-Hugues Herbert Voilà qui pourrait bien être la suprise du chef et du même coup la sensation des quarts de finale de cette Coupe Davis 2017. Privé de ses meilleurs éléments, Yannick Noah fait face à un véritable casse-tête pour composer son équipe en vue de la rencontre qui opposera la France à la Grande Bretagne du 7 au 9 avril sur la terre battue de Rouen. Une vraie hécatombe non seulement en simple avec les forfaits de Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet et Gael Monfils, mais aussi en double puisque Pierre-Hugues Herbert ne sera pas de la partie non plus. Tant et si bien que le capitaine des Bleus, "privé de ses quatre meilleures compos" envisage très sérieusement de reprendre du service pour "filer un coup de main aux copains". Pas en simple toutefois, "impossible car beaucoup trop physique" de son propre aveu, mais en double où "la science du jeu et l'expérience peuvent faire la différence".

Noah : "Ça peut être mon cinquième choix"
L'idée a de quoi paraître saugrenue, mais elle ne l'est pas pour le capitaine tricolore, bien au contraire. Grand spécialiste du double, Noah la voit même comme la meilleure solution potentielle compte tenu des circonstances actuelles. "Le but est d'avoir l'équipe la plus compétitive possible sur le court" affirme-t-il, "peu importe que ça plaise ou non". "J'ai une hiérarchie bien en tête. Nico et Pierre-Hugues sont bien sûr mon premier choix, Nico peut également jouer avec Jo ou Richard qui peuvent aussi jouer ensemble. Ce sont mes quatre premiers choix. Derrière, c'est plus flou et je pense que la question mérite d'être posée. J'ai pris Julien (ndlr : Benneteau) mais rien n'est encore arrêté et, il ne faut pas se le cacher, il le sait, on s'est dit les choses, c'est un choix par défaut et il a tout à prouver. Il n'est pas dans sa meilleure forme et il n'a jamais eu une grande complémentarité avec Nico. Maintenant s'il est là c'est parce que je crois qu'il peut me prouver le contraire. On verra la semaine prochaine à l'entrainement. Mais, en attendant, il me faut des certitudes, et celle que j'ai c'est de pouvoir être très compétitif aux côtés de Nico. On a très souvent joué ensemble, on a une parfaite complicité naturelle et c'est primordial en double. Moi, je suis plus affûté qu'il y a 15 ans et le double ça n'est pas du simple, la dimension physique est presque négligeable si on a le sens tactique bien aiguisé. Donc oui, une paire constituée de Nico et moi, ça peut être mon cinquième choix."

Noah : "J'irai seulement si je suis convaincu d'être le plus compétitif"
Avec un tel choix, Noah prendrait d'énormes risques, d'autant plus que sa gestion de l'équipe de France est déjà régulièrement critiquée. Il en est parfaitement conscient. "Je ne suis pas du genre à me cacher. Si j'ai une certitude à ce niveau, encore une fois sur la compétitivité, je l'assumerai jusqu'au bout. Je ne me cacherai pas et j'irai sur le court pour filer un coup de main aux copains. Peu importe que ça plaise ou non, l'important est que l'équipe adhère. Je sais ce qu'on peut en penser vu de loin mais le double est un truc à part dans le tennis. On le voit bien avec des joueurs comme Nestor ou Zimonjic qui ne sont plus tout jeunes non plus mais toujours ultra compétititifs. McEncoe en est aussi un parfait exemple. Il était ressorti de nulle part il y a quelques années, 15 ans après sa retraite, pour gagner San Jose en double à 50 ans (ndlr : 47 ans en réalité). C'est quelque chose de complètement sensé à partir du moment où le physique suit. Physiquement je me sens bien et en plus la terre battue est une surface qui me reussit plutôt pas mal (ndlr: grand sourire). Mais attention, j'irai seulement si je suis convaincu d'être le plus compétitif. A Julien notamment et aux autres de me prouver le contraire."

Une réponse jeudi prochain, à moins que...
Aussi improbable que cela puisse paraître, on semble donc être très loin du simple coup de bluff. Même s'il s'agit inconstestablement d'un moyen de mettre la pression sur Julien Benneteau, le capitaine français semble envisager très sérieusement cette option. Non sans un certain plaisir qui plus est. "C'est sûr que ça serait un énorme kiff de me retrouver à nouveau sur le court pour défendre mes couleurs. Mais ça ne doit pas guider mon choix. Je dois rester lucide et garder la tête froide. En même temps, je suis sûr que c'est pour prendre ce genre de décisions, que personne n'oserait prendre, qu'on m'a rappelé. On sait que je n'ai pas peur de ça. Je suis aussi convaincu que c'est quelque chose qui pourrait faire rêver les Français. Il y a un lien particulier entre le public et moi depuis que j'ai gagné à Roland. Je le sens au plus profond de moi. Même si je sais qu'ici ils ne croient pas à ces choses-là. Alors si je peux leur donner un peu de rêve, je ne m'en priverai pas. J'aime donner du rêve !". Rendez-vous donc jeudi prochain pour connaître la composition officielle de l'équipe, mais pas forcément celle du double qui restera incertaine puisqu'elle pourra être modifiée jusqu'au dernier moment. En attendant, le peuple français a le droit de rêver, aujourd'hui tout particulièrement.

Sujets populaires hot topics