account_circle
M'inscrire
menu
person
Premium Avatar
Me connecter
M'inscrire
Serena Williams, 40 ans dimanche,
© afp.com/William WEST

Serena Williams, 40 ans dimanche, "a changé le tennis" selon son entraîneur

Publié par , vendredi 24/09/2021 17:24

Elle a "changé le tennis", en a "ouvert les portes", a "inventé l'intimidation", fait venir le "business"... Serena Williams fête dimanche ses 40 ans et son coach Patrick Mouratoglou explique à l'AFP pourquoi elle est la plus grande joueuse de l'histoire.

QUESTION: Quel est l'apport de Serena Williams ?

REPONSE: "Elle a changé le tennis ! Elle a apporté une dimension athlétique qu'il n'y avait pas du tout, elle a ouvert les portes, avec sa sœur Venus, à toute une génération de joueuses parce que c'était un sport de blancs. Elle a inventé l'intimidation au tennis parce qu'elle a une présence qui fait que les autres ont peur d'elle. Pendant très longtemps, c'était impressionnant. Elle a apporté le business au tennis féminin. Avant elle, le business était tout petit et, avec elle, il est devenu énorme parce qu'elle a une telle aura, elle est devenue un tel objet marketing, aussi, que les énormes contrats sont possibles pour les joueuses."

Q: A-t-elle encore dans la tête, dans les jambes, ce 24e titre du Grand Chelem pour égaler le record de l'Australienne Margaret Court ?

R: "Elle l'a encore. La question, c'est +à quel point elle le veut et qu'est-ce qu'elle est prête à faire (pour y parvenir) ?+".

Q: Est-elle la plus grande joueuse de l'histoire ?

R: "Margaret Court jouait à une époque où les trois quarts des gens ne venaient même pas en Australie, où le tennis était un sport amateur, à une époque où les tableaux étaient de seize joueuses... Le tennis est entré dans l'ère professionnelle, il s'est créé une compétition phénoménale, il y a un nombre de joueurs et de joueuses dans le monde incroyable, donc il y a une énorme émulation en compétition, beaucoup, beaucoup d'argent maintenant. Je ne veux pas manquer de respect à Margaret Court, mais c'est une autre ère. Oui, ce serait mieux que Serena batte son record mais, si elle ne le bat pas, elle sera quand même la plus grande joueuse de tous les temps !"

Q: Sa plus grande qualité ?

R: "Elle pense comme une championne. Elle se projette en permanence dans l'avenir, sur des objectifs. Elle n'est jamais dans le passé. Elle a un niveau d'exigence absolument démesuré, une combativité hors norme, une capacité à changer le monde, à faire des choses impossibles. Tout ça, ce sont des qualités mentales, mais un champion, c'est dans la tête avant tout."

Q: Comment était-elle quand vous avez commencé votre collaboration en 2012 ?

R: "Elle était très dure. Au tout début, elle a cherché à m'impressionner, à prendre le pouvoir sur moi. Elle était en manque de confiance, énormément. Elle n'était pas elle-même. Mais je savais qui elle était, je l'avais trop observée avant de travailler avec elle pour ne pas savoir qui elle était. Donc il fallait que j'aille rechercher sa personnalité. Quand elle se qualifie pour la demi-finale à Wimbledon en 2012, alors qu'elle est 7e mondiale, je suis au restaurant, elle court vers moi avec un sourire en me disant +c'est génial, quoi qu'il se passe maintenant je suis 3e mondiale lundi!+ Et moi je lui dis +et alors ? Je suis surpris que tu trouves ça super, explique-moi+ Et là, elle s'est sentie ultra mal et ne m'a pas répondu. Mais le soir, elle m'a envoyé un texto +excuse-moi pour ce que je t'ai dit tout à l'heure. N.3 c'est nul... N.2 aussi d'ailleurs+. A ce moment là, je l'ai reconnectée avec elle-même."

Q: Et aujourd'hui ?

R: "Depuis qu'elle a eu sa fille Olympia (en septembre 2017, ndlr), c'est plus dur. Elle a beaucoup, beaucoup de mal à ne pas mettre sa vie de maman avant sa vie de joueuse. Ce qui est complètement compréhensible. Je pense que c'est la raison principale pour laquelle elle n'a pas gagné de Grand Chelem. Sa famille passe en premier et pour pouvoir faire des choses exceptionnelles dans un domaine, ce domaine-là ne peut pas passer en deuxième. Elle est en réflexion et on verra ce qui en sort."

Q: A-t-elle un équivalent sur le circuit ?

R: "Aujourd'hui, non. Mais on peut dire que Novak (Djokovic) est sur la route."

Q: Quels sont les grands moments de sa carrière ?

R: "Les Jeux olympiques à Londres en 2012 ont été exceptionnels. On vient de commencer (notre collaboration), elle gagne Wimbledon et la confiance que lui donne cette victoire fait qu'elle marche sur l'eau. Elle pulvérise tout le monde aux Jeux. En finale, c'est 6-0, 6-1 contre Sharapova ! C'est là où elle a joué le meilleur tennis de sa vie, elle était intouchable. Fin 2014 et début 2015, elle gagne quatre Grands Chelems consécutifs en jouant vraiment très bien. En 2013, elle me dit qu'elle n'a pas gagné Roland-Garros depuis 11 ans et aimerait en faire son objectif. Elle n'a pas perdu un match sur terre de l'année... Elle a gagné Charleston, Madrid, Rome, Roland-Garros, Bastad. C'est quand même monstrueux. Même Nadal n'a jamais fait ça."

Q: A-t-elle une héritière ?

R: "Pour le moment, aucune ne s'est manifestée. On va voir ce que la jeune Emma Raducanu est capable de faire. Elle m'a vraiment impressionné. Mais les +emmerdes+ commencent maintenant."

Propos recueillis par Igor GEDILAGHINE

Source: AFP